La Bourgogne

Des nouvelles de la Bourgogne, principalement de l'Yonne et de la Côte d'or, photos, activités, ..., et j'en passe

samedi 07 mai

Château de Rochefort

             

clef_rochefort

Le projet de l'association Les Clefs de Rochefort pour la sauvegarde du Château de Rochefort

Historique

D'après l'étude préalabre à la consolidation provisoire et à la mise hors d'eau des vestiges par Eric Pallot

1196 : Le site est signalè pour la première fois. La roche forte était apparemment déjà une ségneurie, munie d'un chateau.
1229 : André, Seigneur de Rougemont, déclarait au moment de la guerre entre Bourguignons et la Champagne, que le duc "pouvait faire guerre en son château de Rochefort sur Armançon, de grabde et de petite force."
1274 : Jean de Châlons.
1309 : Jean, Sire de Rochefort.
1310 : Robert de Rochefort.
1315 : Gaucher de Frolois.
1386 : Olivier de Gussy
1409 : Jean de Rochefort
1411 : Le château est démantelé sur ordre de Jean Sans Peur
1412 : Jean de Chalons, début de reconstruction possible.
1440 : Anne de Rochefort
1457 : Charles de Rochefort
1468 : Antoine de Rochefort. Il ne reste rien de visible de ces ouvrages antérieurs au XVème siècle.
1485 : Jacques Coictier (ou Couthier) Chambellan du roi Louis XV et vice président de la chambre des comptes à Paris, rachète la seugneurie moyennant 10490 livres. Il est vraisemblablement le commanditaire de la reconstruction du château. De l'Ile de France ou il exercait, il a sans doute apporté des habitudes architecturales nouvelles, ce qui expliquerait l'architecture trés en avance sur son temps de la facade Nord et des aménagements intérieurs d'influence Renaissance.
1501 : La famille de Rochefort rachète le château, pourrait y avoir effectué des modifications, en particulier en allokgeant le logis vers l'Ouest, et en construisant la chapelle, partie de l'édifice où l'on est tenté de ne pas voir la même main, cette adjonction paraît plus fragile et moins décoré.
1502 : Guy de Rochefort
1516 : Jean de Rochefort
1638 : Vendu par décret la seigneurie des Rochefort passe entre les mains de Luis de Pernes, seigneur de Perrigny sur Armançon.
5 juin 1661 : Denis Langlet s'en rend propriétaire. Il était procureur du parlement de Dijon, et apparenté aux plus grandes familles de Bourgogne. La famille Langlet transforma en les communs en locaux d'exploitation agricole et aménagea des jardins de plaisance. Elle est à l'origine des terrasse basses du mur Est et des niches style classique formant nymphée.
A la veille de la révolution : Le château revint à la famille de Laguiche qui es est toujours propriétaire aujourd'hui.
1806 : On en entreprit la démolition, afin de récupérer les matériaux. Heureusement, en ce pays de pierre, seuls poutres, planchers, et menuiserie furent récupérer.

Depuis cette date, le château non entretenu se dégrade irrèmèdiablement, mais garde néanmoins un grand pouvoir évocateur de sa splendeur passée

Etat actuel

d'après l'étude préalable à la consolidation provisoire et à la mise hors d'eau des vestiges par Eric Pallot.

rochefort_aerien
Vue aérienne du château de Rochefort

Le logis du château de Rochefort, construit en grande partie en pierre de taille, a conservé toute son élévation malgré la disparition de son couvrement et de ses planchers. On peut y lire toutes les traces des dispositions anciennes. Il est le produit d'un ou plusieurs maîtres d'oeuvre des XVème et XVIème siècles restés anonymes. "Il est sans conteste l'un des plus beaux exemples d'architecture militaire de la fin du XVème et XVIème" (Philippe ERLANGER dans merveilles des châteaux de Bourgogne).

Il convient de noter la qualité de construction, mais aussi celle de sa conservation ainsi que la fraîcheur de ce bâtiment remarquable pourtant soumis aux intempéries depuis près de deux siècles. Les scultures et les traces de taille sont parfaitement conservées, et on peut observer ici ou là, bon nombre de tracès encore lisibles. Il s'agit de badigeons blanc avec faux-joint sur les murs et badigeons roses rehaussés de faux joints d'appareil sur les pierres et rehauts rouges sur les scultures, en particulier des cheminées. Ces éléments présentent un intérêt fondamental pour l'histoire de l'architecture.

Cependant, l'action du temps réel, les têtes de murs se disloquent, les mortiers restant dans les maçonneries sont lentement délavés, faute de protection contre l'eau, et la végétation s'installe partout. La décohésion des maçonneries par disparition du rôle du mortier provoquera à court termes la dislocation des ouvrages, et leur ruine complète si rien n'est entrepris rapidement. En témoigne l'effondrement du pignon Ouest.

La charpente des communs bien que couverte d'une toiture en piteux état est proche de l'effondremment, ses maçonneries désorganisées menacent ruine à brève échéance.

Enfin, ce site isolé, sans surveillance et sans clôtures, est propice à l'actions de pilleurs en tout genre, activité qui n'a pas encore causé de dommages irréparables, mais dont le risque est réel, comme en témoignent les tentatives de fouilles sauvages décelées ça et là.

Il est, de plus, au regard du nombre important de visiteurs et curieux qui le fréquentent, un lieu de tous les dangers (chutes de pierres, instabilité de maçonneries, serpents, etc).

Nécessités

Le château de Rochefort est un édifice de trés grande qualité.

Il a, malgré près de deux siècle d'itempéries, réussi à nous parvenir encore debout, témoignant fièrement de la trés grande qualité de sa construction.

Des travaux de restauration des communs doivent être entrepris trés rapidement pour mettre en place une réutilisation des lieux. Qui serait la meilleure solution pour la pérennité du projet de sauvegarde.

Aujourd'hui d'indispensables travaux de sauvetage et de mise hors d'eau sont nécessaires pour le logis seigneurial.

Ces travaux doivent obligatoirement être réalisés. Il en va de la survie de cet édifice exceptionnel, classé Monument Historique, afin de temoigner de sa qualité.
 

Posté par Fulcanelli à 08:16 - Château - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire